Conseil de rédac: l’abstrait et le concret en rédaction

Communication orale ou écrite, il y a moyen de développer des idées de façons vagues ou plus tangibles. Selon ce que vous souhaitez vendre ou mettre de l’avant, il est important de tenir compte de la manière dont vous partagez votre concept. Professionnellement parlant, lorsque je rédige du contenu web, je privilégie les descriptions concrètes pour que le marché cible de mes clients obtienne le plus de détails possible dans un laps de temps raisonnable. 

Pour arriver à un résultat concret, il faut répondre aux questions qui, pourquoi et comment tout en promouvant l’entreprise ou le service.

Abstrait: Nos stylistes offrent un service efficace et vous proposent des tenues convenant à toutes les occasions spéciales.

Concret: Nos stylistes planifient pour vous des tenues convenant à toutes les occasions spéciales. Événements professionnels ou personnels, vous êtes assuré d’obtenir un service efficace et personnalisé.

Dans l’exemple abstrait, le contexte y est, mais demeure très vague, on ne répond pas exactement à ce qu’un client potentiel cherche possiblement. Dans la version concrète, on décrit clairement ce que les stylistes offrent, pourquoi (événements professionnels et personnels) et de quelle façon se décline le service, soit le comment (planifient pour vous). La variante abstraite n’a rien de négatif en soi, elle peut agir comme introduction et mener à une information plus complète ailleurs. À vous de voir ce qui convient selon le contexte!

Photo: Blogmilk



Conseil de rédac: Le client a toujours raison (ou pas)!

Être travailleur autonome et offrir un service ou un produit, ça vient avec un lot d'échanges avec le client et de conseils transmis afin qu’il obtienne un résultat optimal.

Cependant, il arrive parfois qu’un client reçoive un service, parlons ici de textes rédigés ou corrigés et qu'il choisisse finalement de composer lui-même son contenu (qui laisse souvent à désirer), sans tenir compte des modifications effectuées. Situation fâcheuse? Oui, surtout pour le pigiste, quand ont été impliquées de nombreuses heures de travail et d’échanges avec la clientèle et que le travail final ne pourra pas se trouver dans le portfolio ou le c.v.! Que faire? Trois options sont possibles: 

1) Communiquer, c'est la clé! On fait part au client du besoin en révision, des services et conseils offerts. Il est possible qu'une nouvelle entente soit conclue! 

2) Tant pis! Si le client ne tient pas compte du service rendu, qu’il a payé son dû et que c’est silence radio après le suivi, pas de problème! On lâche prise. Ça ne sert à rien de se ronger les sangs!

3) Le client n'a pas toujours raison! Si le client revient à la charge, mentionnant qu’il n’arrive pas à obtenir les résultats escomptés, mais qu’il omet de préciser qu’il n’a pas du tout tenu compte du service qu’on vient de lui rendre, alors là, c’est une autre histoire. On ressort le contrat, les courriels, les dernières ébauches et on énumère tout ce qui a été fait de notre côté et ce qui n’a pas tenu la route chez lui. Prendre le blâme pour quelque chose qui n’est pas de notre ressort, c’est non!

Comment réagissez-vous quand les efforts ne mènent à rien? Croyez-vous que le client a toujours raison?

Photo: Bianca